top of page
  • BOUDU

Dîtes-le quand même #15

Développement du rab Penchés au self sur leur panga pané, vos collègues footeux vous parleront à coup sûr ce mois-ci de Newrest, la société de restauration collective du patron du TFC Olivier Sadran, qui vient de remporter l’appel d’offres pour gérer la cantoche du centre d’entraînement du PSG. Victoire acquise en proposant des repas à 17€ contre 20€ pour la concurrence. Tentez une blague : « À ce prix-là, pas sûr qu’il y ait du rabiot ». Si vous ne voyez pas ce qu’il y a de drôle, eux pigeront.

Le cœur a ses régions À cette coworkeuse cocardière qui brandit le hors-série de l’Express « Quitter Paris – Les clefs pour réussir en Région », en croassant « Génial ! Toulouse est la 4e ville rêvée des Parisiens ! », opposez que le temps où la province rêvait de Paris, et pas le contraire, avait quand même plus d’allure. Et qu’un Rastignac perché sur une butte au Père-Lachaise hurlant « À nous deux Paris », c’est quand même plus puissant et évocateur qu’un Parisien juché sur un but à Pech-David, qui lance « À nous deux Ramonville ». 

La fake électricité Le mois dernier, vous avez cru que le tribunal administratif de Toulouse avait validé l’arrêté anti-Linky de la mairie de Blagnac, et que les Blagnacais avaient le droit de refuser la pose dudit compteur. Vous savez désormais que c’était fake comme une brève syrienne de Sputnik news, et que la presse s’est emballée sans vérifier. En réalité, l’ordonnance du tribunal ne rappelle que le droit de chacun à refuser l’accès à son domicile. Le mag 60 millions de consommateurs parle même de « chasse au scoop qui mène à la désinformation ». S’ils l’ignorent encore, mettez vos amis au courant.

Boulette de canon Si un(e) comparse d’happy hour vous confie en terrasse qu’on se sent tout de même plus en sécurité depuis que les municipaux sont armés, faites-lui lecture dans la Dépêche du Midi (déjà, ça lui fera les pieds) de cette confidence d’un syndicaliste FO de la municipale : « (Nos) armes sont vétustes et il y a beaucoup d’incidents de tir lorsque l’on s’entraîne : le barillet qui bouge, le canon qui tombe… ». Si l’info le (la) fait trembler, omettez de préciser que ces flingots, des Taurus 38 spécial, sont fabriqués au Brésil et prisés des carabiniers chiliens. 

Comentários


bottom of page