top of page
  • BOUDU

Wild Wild Ouaip

Sourde à la tendance BD de l’alter à tout prix et du contemporain à tous crins, Blagnac continue de revendiquer son amour pour la ligne claire. Dans la foulée de Tintin et ses avions (au musée Aeroscopia jusqu’au 19 janvier), la ville vient d’accrocher à Odyssud une expo Lucky Luke de haute volée. Cette version itinérante de l’expo imaginée en 2016 pour le festival de la BD d’Angoulême est une manière d’hommage à Morris, père disparu du cow-boy qui tire vite et qui dit « ouaip ».

Comme pour Tintin à Aeroscopia, pas la moindre planche originale, mais 117 fac-similés caractéristiques du style net et sans bavure de l’auteur belge. Ses dessins, qu’on a parcourus mille fois à l’horizontale et en petit format, prennent, une fois agrandis et suspendus, une dimension inattendue. Une révélation pour ceux qui, comme nous, pensaient aimer Lucky Luke avant tout pour Goscinny.

Génie du noir, sens du cadrage, talent de caricaturiste, précision typographique, la palette artistique de Morris saute enfin aux yeux. Et l’on mesure le défi immense que constitue pour le dessinateur actuel des albums de Lucky-Luke, le Nîmois Achdé, le fait de le remplacer depuis 2002… 

Exposition Lucky Luke, l’art de Morris jusqu’au 29 décembre à Odyssud, Blagnac.

Comments


bottom of page