Portrait

Maison LacubePaysans 2.0

Photo : Orane Benoit,
le 8 février 2021 Temps de lecture : 5 min.
Partager : TwitterFacebookMail

Les salopettes de ski de mamie, les bonnets de papi, des dégaines rigolotes, la Maison Lacube a fait le buzz en fin d’année dernière sur les réseaux sociaux avec sa parodie du titre « Tout Oublier » de la chanteuse belge Angèle. Une manière pour cette famille d’éleveurs ariégeois d’attirer l’attention des citadins confinés.

La famille Lacube est installée dans la haute vallée de l'Ariège depuis cinq générations. L’aventure commence réellement en 1994 avec Philippe Lacube. C’est en rentrant d’un voyage humanitaire que le jeune montagnard décide de racheter la ferme de son oncle Lucien, bien décidé à vivre de son métier d’éleveur. D’abord des gasconnes, vaches locales et rustiques, puis du canard gras, avant d’ouvrir, deux ans plus tard, un premier magasin : « Un garage avec quatre étagères » s’amuse son fils Jason, béret vissé sur la tête. Dès le début, le couple Lacube propose la vente directe. Mais ils ne s'arrêtent pas là et développent la vente par correspondance pour envoyer des colis de viandes dans toute la France. A l’époque, Jason l’assure, ce n’était pas à la mode dans les fermes. Convaincus du potentiel touristique des Pyrénées et de l’attractivité des élevages, les Lacube proposent également des promenades en estive. Un coup d'œil sur les troupeaux, un bon repas à midi et une visite à la ferme, le triptyque gagnant pour rassasier la soif de nature et d’authenticité des visiteurs. Mais pas celle de Philippe Lacube qui souhaite promouvoir ses produits au-delà des Cabannes. Pour ce faire, il ne recule devant rien, même pas devant la vente de hamburgers du terroir, baptisés Mac Arel, place du Capitole sous les yeux médusés des Toulousains. Une manière de défendre son patrimoine dont se souvient Jason, qui suivait déjà son père dans ses escapades : « L’idée, c’était de faire parler de ses produits et de défendre un système agricole, une vallée, un mode de production. » Un coup d’éclat qui motive le communicant à transformer la maison familiale en restaurant. C’est le début d’une nouvelle ère, qui voit notamment Jason intégrer l’entreprise familiale. Le jeune homme ne cache pas avoir très tôt eu envie de « prendre la1

La suite est réservée aux abonnés.

Accédez à tous les contenus de Boudu en illimité.
Ou achetez directement le magazine en version pdf

À lire aussi dans ce numéro

Reportage -

Quand les babas soulèvent des montagnes

Il y a 5 ans, Marlies et Tom sont arrivés de Belgique dans les montagnes ariégeoises et n’en sont plus jamais repartis. Les pieds sur terre, loin des clichés usés...

> Lire l'article <
Reportage -

Un but météo

Le pyrénéisme parle-t-il aux jeunes ? Pour répondre à cette question, je me suis tournée vers l’un d’entre eux, Romain. « Pour comprendre, il faut que tu le ressentes ». Alors j’ai préparé...

> Lire l'article <
Pyrénéisme
Portrait -

Maison LacubePaysans 2.0

Les salopettes de ski de mamie, les bonnets de papi, des dégaines rigolotes, la Maison Lacube a fait le buzz en fin d'année dernière sur les réseaux sociaux avec sa...

> Lire l'article <