retour haut de page

Les + lus

Serge Regourd : « L’affaire Viguier révèle la fragilité de nos certitudes »

Près de 20 ans après, le mystère reste entier autour de la disparition de Suzanne Viguier, le 27 février 2000. Alors que l'unique suspect, son mari, l’honorable professeur de droit de l’Université Toulouse 1, Jacques Viguier a été acquitté à deux reprises, le corps de son épouse, lui, reste toujours introuvable. Signe de la fascination qu’exerce ce fait divers sur le public, de nombreux documentaires lui ont été consacrés ces deux dernières décennies. Et un film, Une Intime conviction, réalisé par Antoine Raimbault, sort en salles ce mois-ci. Boudu a voulu, à l’occasion de ce funeste anniversaire, revenir sur les circonstances de cette mystérieuse disparition et le déroulé de l’enquête, en donnant la parole à quelques-uns des témoins de l’époque. Jacques Viguier, lui, n’a pas souhaité donner suite à notre demande…

PAR Jean COUDERC

François Piquemal : Pourquoi on meurt encore dans la rue

Place aux jaunes

Sept raisons d’aller à Copenhague même si on n’aime pas les gens heureux

« La franc-maçonnerie est toujours un laboratoire d’idées »

Aéroport Toulouse-Blagnac : tout ça pour ça ?

"Jouir, ça s'apprend"

CloZee

José Bové, pessimiste actif

La tribu du mois

Photo

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.